5 choses à savoir sur le chocolat

Aphrodisiaque, calorique, en pénurie ? Ce qu'il faut savoir sur le chocolat. snowpea&bokchoi - Flickr - CC

Aphrodisiaque, calorique, en pénurie ? Ce qu’il faut savoir sur le chocolat. snowpea&bokchoi – Flickr – CC

Noël est une bonne excuse pour une orgie de chocolat. Tout comme Pâques. Peu calorique et antidépresseur, les excuses ne manquent pas pour se faire plaisir mais qu’en est-il réellement? Voici 5 choses à savoir pour alimenter la conversation entre les huîtres et le foie gras.

1/ Plus de 6kg de chocolat par an et par Français

Les Français consomment environ 400,000 tonnes de chocolat par an soit entre 6,3 et 6,7 kg ces dernières années. Un marché qui stagne depuis 2008.

En Europe, les Français restent d’ailleurs de petits consommateurs de chocolat, loin derrière les Allemands (plus de 11 kilos par an et par personne), les Britanniques (près de 10 kilos) ou les Danois (8,5 kilos), selon des chiffres des Douanes* de 2010. Les marchés asiatiques, comme la Chine, sont en pleine croissance, contrairement aux marchés saturés européens.

2/ Il n’y a pas de pénurie de chocolat, restez calme

« Pas de panique mais nous sommes à court de chocolat » titraient plusieurs médias anglais comme The Independent ou le Daily Mirror début décembre. De quoi affoler les foules gourmandes.

En 2013, le monde a consommé environ 70.000 tonnes de cacao de plus que ce qu’ont produit les plantations, selon le Washington Post qui relance la rumeur de pénurie. Parmi les inquiétudes, l’omniprésence sur le marché de la Côte d’Ivoire où 70% du cacao consommé dans le monde est produit. Or le pays connaît actuellement une période de sécheresse et où les cacaotiers souffrent d’une maladie : la moniliose.

La rareté du cacao a pour conséquence la hausse du prix du chocolat, constate l’Express qui y voit l’opportunité de financer le développement des plantations ivoiriennes pour les rendre plus productives. Ne vous cramponnez pas à votre ballotin, vous en aurez d’autres à l’avenir. Il n’y a pas de pénurie, on vous dit.

3/ Non, le chocolat ne remonte pas le moral

Le réconfort du chocolat est une sensation connue par de nombreux amateurs. Et si c’était faux ? Une étude américaine décryptée par BFMTV.com* remet en cause le mythe de la « confort food ».

« Ni le chocolat, ni d’autres aliments, ne permettent de vous remonter le moral après un coup de blues. Seul le temps fait son oeuvre », assure BFMTV.com*. Finies les excuses.

4/ Le chocolat est-il aphrodisiaque ?

« La supposée vertu aphrodisiaque du chocolat date de la conquête du royaume aztèque par les Espagnols, affirme Hervé Robert, nutritionniste et co-auteur du livre Le chocolat (Le Cavalier Bleu éditions) au Plus. Une légende urbaine reprise au fil des siècles.

Quelle est la part de placebo et de réel impact biologique sur le corps humain ? Une étude réalisée sur 153 femmes (seulement) avance que celle qui consomment du chocolat « ont une vie sexuelle plus intense avec un désir et un plaisir accrus ». Un résultat « pas très convainquant » pour le médecin Hervé Robert.

41% des femmes préféreraient le chocolat au sexe, selon un sondage du Figaro Madame démonté par Rue69. Un sondage à la méthodologie remise en question par la rubrique sexo de Rue89 dont l’auteur se demande : « Pourquoi faire choisir les interviewées entre les deux plaisirs (manger du chocolat ou faire l’amour) ? Les deux peuvent être cumulatifs et simultanés. » Je vous laisse méditer sur le sujet.

Bilan des opérations : on n’en sait rien. La phényléthylamine, n’est pas présente dans le chocolat pour sécréter suffisamment de dopamine (connues comme « l’hormone du plaisir »). Les polyphénols du cacao pourraient améliorer la circulation artérielle et donc favoriser l’érection. Si rien n’est sûr, vous pouvez toujours prendre le parti d’y croire. Et de vous amuser.

5/ Noir, au lait ou blanc : quel chocolat fait grossir ?

« Vas-y, c’est du noir tu peux te faire plaisir », qui n’a jamais entendu cette phrase ? Pourtant, le chocolat noir est pratiquement aussi gras que le chocolat au lait ou le chocolat blanc.

« D’un point de vue nutritionnel, c’est-à-dire l’apport en glucide et en lipides, tous les chocolats ont, à peu de choses près, le même apport calorique : entre 500 et 550 calories pour 100 grammes, avance la diététicienne Karine Tardieu auprès de l’Express. Cela correspond à un quart des apports journaliers recommandés pour les femmes, soit un repas complet ! »

S’ils se valent d’un point de vue calorique, ce n’est pas tout. Le noir est plus riche en graisse mais contient moins de sucre que les autres. « Plus le chocolat sera de bonne qualité et aura un pourcentage élevé de cacao, moins il y aura de sucre et de beurre de cacao. Il est donc logique que l’on retrouve plus de minéraux et antioxydants provenant des fèves de cacao dans ce chocolat-ci », raconte à l’Obs le diététicien-nutritionniste, Thomas Ladrat. Pour se faire plaisir sans culpabiliser, mieux vaut donc privilégier du bon chocolat et en manger moins.

* Je travaille actuellement à BFMTV.com, intéressante source d’information. Je recommande. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *