La frite œuvre-t-elle pour l’union de la Belgique ?

frite begique

Les frites belges sont cuites dans de la graisse animale. Guy Renard – Flickr – CC

La frite belge sera peut-être bientôt inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité. Une idée très sérieuse dans un pays qui reste plus uni que jamais sur le sujet. 

La France a réussi à faire inscrire sa gastronomie au patrimoine immatériel de l’humanité, les Belges comptent bien faire reconnaître leur frite auprès de l’Unesco. Pour ce faire, le pays est soudé et marche en bonne entente entre néerlandophones, francophones et germanophones, avance M le magazine du Monde.

Dix fois plus de baraques à frites par Belge que de McDo par Américain

Parce que l’on ne rigole pas, le royaume belge procède une Union nationale des frituristes (Unafri) dont l’objectif est de défendre les baraques à frites ou « fritkot », un trésor national. Il en existerait même plus de 5.000 en Belgique, selon le Daily Mail, ce qui représente dix fois plus de fritkots par Belge que de McDo par Américain. Impressionnant.

La frite fait l’unanimité dans le pays. Après la région flamande, les deux autres régions devraient prochainement reconnaître la frite comme faisant partie du patrimoine immatériel tant l’idée fait consensus. D’après l’Unafri, 90% des Belges se rendent « au moins une fois par an » dans un fritkot.

Le royaume revendique la place de premier producteur mondial de produits transformés à base de pommes de terre grâce à la frite. La fédération de l’industrie alimentaire avance un chiffre: en 2011, 3,2 milliards de kilos de pommes de terre ont été transformés dans le royaume.

La frite, « un style de vie »

Reste encore à faire reconnaître que la « french fries » comme elle est appelée à l’étranger, est bien belge. La frite, « c’est un bon produit mais c’est aussi un style de vie », déclarait lors de la semaine de la frite 2014 Bernard Lefevre, porte-parole de l’Unafri.

Si la frite rentre au patrimoine immatériel de l’Unesco, elle rejoindra le repas gastronomique français mais aussi l’art de la plaisanterie ouzbèke appelé « askiya« , la danse rituelle du tambour royal burundais, la calligraphie mongole, le Fado portugais ou bien encore le carillon belge. Au total, 314 éléments sont inscrits sur la liste de l’Unesco.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *